Oui, vous pouvez dire définitivement adieu à la poussière !

C’est une calamité pour les accros de la propreté, et en particulier pour les personnes allergiques : la poussière nous fait perdre du temps à tenter de s’en débarrasser, et nous fait désespérer d’en venir à bout, même lorsqu’on prend grand soin à son ménage. Pour mieux la combattre, si on commençait par savoir d’où elle vient et comment elle fonctionne ?

Habitations, bureaux, usines, véhicules : la poussière est partout. C’est le polluant le plus visible de nos intérieurs. Composée d’un subtil mélange de fibres textiles ou de papier, de pollen, de poils, de cheveux, de cellules mortes de la peau humaine, de fragments d’insectes, de champignons microscopiques, de moisissures, de déchets alimentaires et d’autres polluants, elle est surtout le produit des êtres vivants, véritables machines à créer de la poussière !

Selon la taille de ses particules (de 20 à 200 microns), la poussière se dépose sur les sols et les objets, sous les meubles et les lits, formant des moutons qui s’agglomèrent autour d’éléments chargés en électricité statique – les cheveux par exemple – qui les attirent comme des aimants. Les plus fins de ces débris sont assez légers pour être mis en suspension dans l’air, transportés par les flux d’air ou attirés par l’électricité des plafonds. Il suffit d’un courant d’air ou d’un éparpillement dû à un mouvement (un objet que l’on bouge, le passage d’une personne) pour que la poussière se déplace, se dissémine partout.

Si la poussière est si difficile à attraper, c’est en raison du poids moléculaire de ses composants, du degré d’humidité dans l’atmosphère, et surtout de l’influence de l’électricité statique. Tenez : lorsque vous vous peignez, vos cheveux se chargent en électricité statique. En tombant, ils attirent d’autres particules microscopiques, elles-mêmes chargées en électricité statique. Même phénomène avec votre télévision : lorsque l’appareil est allumé, l’écran est chargé positivement. Irrésistiblement attirées, les particules de poussière « négatives » s’y déposent. Lorsque vous éteignez la télé, les charges de l’écran disparaissent, mais la poussière reste.

Comment faire ?

Il n’y a qu’un moyen vraiment efficace. Oubliez les fameuses lingettes anti-poussières, trop chères et trop peu écologiques pour un résultat souvent médiocre. La solution est physique : il faut perturber le champ magnétique. C’est prouvé scientifiquement : à 120°C de température et 4 bars de pression, la qualité de vapeur est idéale pour « décharger » électro-magnétiquement les particules solides de la poussière. Ce qui sort de l’embout du NVS Vapodil, c’est de l’eau à l’état de gaz. Des gouttelettes microscopiques vont se former au contact de l’air plus froid, mais elles sont tellement fines qu’il n’y a aucune retombée mouillée. Plus lourdes que la poussière, elles la captent. Voilà le génie de la vapeur sèche. Faites l’essai : avant de commencer votre ménage, vaporisez autour de vous, dans l’air ambiant. Un lit de poussière, comme désactivée, tombe à vos pieds. Il suffit alors de passer l’aspirateur (de préférence un aspirateur sans sac). Et la poussière qui se dépose sur les meubles ? Un seul coup de microfibres et elle est emprisonnée dans leurs fibres.

Les utilisateurs de la solution Vapodil sont unanimes : la toute première utilisation est impressionnante, tant la poussière accumulée, même dans les intérieurs les plus soignés, semble s’extraire de tous les recoins. Une fois cette vieille poussière délogée, on peut tout recommencer sur de bonnes bases et vraiment parler d’entretien.

Les acariens, les microbes et autres punaises de lit n’auront plus leurs aises, car la poussière ne sera plus la bienvenue chez vous…